Home > ASSURANCE > Sécurité sociale : les gagnants et les (quelques) perdants de la nouvelle complémentaire santé du gouvernement – Capital.fr

Sécurité sociale : les gagnants et les (quelques) perdants de la nouvelle complémentaire santé du gouvernement – Capital.fr

Source : Sécurité sociale : les gagnants et les (quelques) perdants de la nouvelle complémentaire santé du gouvernement – Capital.fr

Résumé établi à partir de l’application RESOOMER

À partir du 1er novembre 2019, la couverture maladie universelle complémentaire et l’aide au paiement d’une complémentaire santé vont fusionner pour laisser place à la complémentaire santé solidaire. Elle diminuera les cotisations d’une majorité de profils, mais les augmentera pour certains autres.
Une nouvelle offre de couverture maladie arrive pour les ménages modestes dès ce 1er novembre. La “complémentaire santé solidaire”, issue de la fusion de la couverture maladie universelle complémentaire – CMU-C, qui permet de bénéficier d’une complémentaire santé publique gratuite – et de l’aide à la complémentaire santé – ACS, qui finance partiellement l’acquisition d’une complémentaire -, se veut plus massive, plus protectrice et plus simple.

Des garanties plus protectrices

Plus protectrice enfin car les garanties de la CMU-C sont étendues aux bénéficiaires actuels de l’ACS, pour qui la couverture était jusqu’à présent moins complète. Ainsi, tous les assurés couverts par cette complémentaire santé solidaire bénéficieront du tiers payant sur les soins dentaires, optiques, auditifs, mais aussi les pansements, cannes ou fauteuils roulants et n’ont donc aucune avance de frais à effectuer. Surtout, cette nouvelle aide interdit tout dépassement d’honoraires, quel que soit le secteur d’exercice du professionnel de santé, y compris en honoraires libres. Comme c’est déjà le cas avec l’ACS ou la CMU-C, la complémentaire santé solidaire prend aussi en charge le forfait journalier sans limitation de durée et exonère l’assuré de la participation forfaitaire d’un euro, prélevée au nom de la franchise médicale.
Si rien ne changera pour les bénéficiaires actuel de la CMU-C, ce tableau permet de comprendre ce qui va changer pour les bénéficiaires de l’ACS. Ils devront s’acquitter d’une “participation financière”, c’est-à-dire de cotisations.

Entre 324 euros de gains et 94 euros de pertes

Si ces cas présentés devront payer un peu plus chaque mois, le ministère rappelle que la réforme du “100% santé”, promettant un reste à charge zéro pour un large panier de soins dentaires, optiques et auditifs “compensera dès le premier remboursement ce manque à gagner”. Les chiffres avancés sont en effet alléchants – 100 euros d’économie pour une couronne céramo-métallique, 300 euros pour un équipement optique complexe et 2.000 euros dans le cas d’un équipement complet d’audioprothèses.
Ce mécanisme de compensation entre hausse des cotisations et meilleure couverture n’est pas un argument valable, selon Maxime Reby, actuaire chez Actuarielle, entreprise de conseils spécialisée dans la protection sociale : “La réforme du 100% santé est indépendante de celle de la complémentaire santé solidaire.


 

Recevez directement vos articles pour animer vos réseaux sociaux. C'est gratuit !

Happy PubliCité vous apporte vos articles sur un plateau.

2 fois par semaine, recevez directement dans votre boîte mail des articles sélectionnés qui vont intéresser vos clients, mais surtout, vont permettre de mettre en avant vos solutions et de booster vos conversions.